Billets de lemondedelolotte

Solidarilait - soutien à l'allaitement

Coucou à tous,

Cela fait longtemps que je n'ai pas posté sur mes activités bénévoles. Je co-anime des ateliers portage "association la Rose et le Chou" et des réunions d'échanges autour de l'allaitement. Ces réunions d'allaitantes font partis du réseau national Solidarilait. qui regroupe des associations, de parents et de professionnels de santé concernés par l’allaitement maternel et l’accueil de l’enfant.

Ce week-end, les antennes départementales avaient rendez-vous dans le Loir et Cher pour une formation dispensée par CoNaître, sur l'accompagnement des mères allaitantes.

Au programme : physiologie de la lactation, rythmes du nouveau-né, la sensorialité, l'écoute des mamans et le travail en réseau.

Un week-end enrichissant qui permet de rencontrer d'autres bénévoles, de se perfectionner en lactation et en communication.

Week-end ayant pour effet de rebooster notre antenne du Val-d'Oise, envie d'avancer et de faire des écoutes téléphoniques.

Notre but est de soutenir les mères ayant choisi d’allaiter leur enfant ou des futurs parents qui se posent des questions sur l'allaitement. Nous dispensons une information objective sur l'allaitement maternel. Les réunions permettent aux mamans de se sentir moins isolées et plus encouragées. Face aux difficultés éventuelles nous pouvons écouter et donner des conseils aux mamans allaitantes. Du début de la grossesse au sevrage (1 jour d'allaitement ou 3 années), en passant par la reprise du travail, Solidarilait est présent.

 

 

Un CD altéré !

Voici la carte confectionnée à partir d'un CD, pour mon filleul Frédo :

carte cd

Matériel : un cd, colle en pistolet, de la feutrine, du papier scrap, de la toile de jute, des embellisseurs, des feutres déco blanc et noir.

Les puzzles en 3 D

Voici ma fille et son frère entrain de s'attaquer à l'Arc de Triomphe :

Un porte-feuille en feutrine

La semaine dernière, je me suis attaquée à de la haute couture Langue tirée..... j'ai cousu un porte-chéquier dans de la feutrine.

J'ai utilisé de la feutrine, de la laine à feutrer et une fleur en feutrine pour la déco. Matériel requis : une aiguille à feutrer, une aiguille à coudre, de la colle au pistolet.

Après quelques heures Clin d'oeil de couture faite à la main, voici le résultat :

Les 1ers bonhommes

Je vous présente en EXCLUSIVITE les 1ers chefs d'oeuvre d'ERWANN-26 mois Clin d'oeil

(Je sais que ça n'intéresse pas beaucoup de monde, mais comme tous les parents....nous nous émerveillons devant ses 1ères fois !!!)

les bonhommes d'erwann

 

Un porte-monnaie en feutrine

Dimanche dernier, Quentin a réalisé un porte-monnaie en forme de chat. Il a découpé la forme d'une tête de minou dans de la feutrine. Pour la 1ère fois, il a fait de la couture. Il s'est très bien débrouillé. Pour coudre les parties du porte-monnaie, il a utilisé le point de feston. Pour la fermeture, nous avons utilisé des scratch auto-collants.

Son argent est maintenant bien à l'abri Clin d'oeil

Voici quelques photos :

porte-monnaie en feutrine

 

Est-ce que je suis toujours une féministe ?

Depuis quelques jours, je me pose cette question .....En fait, je vous explique :

Depuis une dizaine de jours, Mme Elisabeth Badinter, philosophe et féministe connue et reconnue de tous, part en campagne contre l'allaitement et les couches lavables. Elle dénonce une écologie régressante pour le statut de la femme ! Mme Badinter considère qu'il y a actuellement une pression exercée sur les femmes pour être des mères idéales. La philosophe décrie l'allaitement et le voit comme un obstacle à l'émancipation de la femme.

Pour les personnes qui me connaissent bien : je suis une féministe !

(même zhommmm me le répète ....)

Sauf que j'allaite mon enfant et que j'ai utilisé des couches lavables..........Moi qui pensait être féministe, indépendante.....voilà Mme Badinter et son nouvel opus "Le conflit, la femme et la mère" qui me font chuter de mon piedestal !!!

Voici un bref aperçu d'un des ses inombrables interview (les écritures violettes = mon avisSourire) :

Les Quotidiennes: Etat des lieux de la maternité en ce début de XXIe siècle, votre livre s’intitule « Le Conflit,  la femme et la mère.» Où situez-vous ce conflit ?

Elisabeth Badinter: Je montre comment s’est constitué au fil de ces trente dernières années le modèle de la mère idéale. Comment, en ayant le choix de faire ou pas un enfant, les charges et les responsabilités de la mère se sont accrues.  (il me semble que les charges et les responsabilités se sont accrues grâce aux avancées des féministes...... exit la femme au foyer, vive le travail ! Nous les féministes ont se prend souvent pour des superwomen .....et on laisse les hommes au placard ! En effet, le statut des femmes a évolué sauf que celui des hommes est resté toujours supérieur !!!! Je pense qu'il faut arrêter de vouloir tout avoir, sans reconsidérer la place de l'homme. )

On est passé du don à la dette. Puisque bébé n’a pas demandé à naître, la mère lui doit tout: son temps, son énergie et son lait. (les mamans qui donnent le biberon ne doivent rien à leurs bébés et se sentent plus libres ???????)

Tout cela en même temps que la société devient de plus en plus hédoniste. Comment passer du «moi d’abord» au «tout pour mon enfant» ? Deux solutions s’offrent alors à elles: rentrer à la maison pour être cette mère parfaite ou ne pas en avoir. Il devient de plus en plus difficile de concilier les deux.

Au cœur de cette révolution maternelle, il y a l’allaitement. En quoi cette pratique ancestrale peut-elle se révéler pernicieuse?
Je ne suis pas contre l’allaitement et pense même que le lait maternel est parfaitement adapté, mais pas pendant six mois et à la demande du bébé, comme le recommande l’OMS et d’autres experts ! Ce n’est plus une recommandation mais une obligation. (Bravo Mme Badinter vous pensez même que le lait maternel est adapté .... La nature est bien faite ! Elle nous a fait des seins pour faire joli mais aussi pour nourrir, apaiser son enfant. Actuellement, les enfants sont de plus en plus obèses à cause d'une alimentation peu adaptée, et peu équilibrée et ceci dès leur plus jeune âge. Des études très sèrieuses ont démontré que le risque d'obésité diminuait considérablement avec l'allaitement. De plus, il faut savoir qu'il existe les courbes de poids pour les bébés allaités. Ces courbes sont éditées par l'OMS qui les a érigé en NORMES. Néanmoins, nous ne les trouvons pas encore dans les carnets de santé de nos enfants. Pourquoi ???? L'industrie du lait maternisé aurait-elle une quelque influence sur l'édition des carnets de santé ????? En ce qui concerne le débat Sein/biberon, arrêtons de penser à la place de toutes les femmes ! Laissons- les choisir en leur COMMUNIQUANT LES VRAIES INFORMATIONS. Chaque femme est sensée, et peut décider en tout connaissance de cause. Cela s'appelle le choix conscient ! Je suis consciente de mon choix (biberon ou seins), j'ai eu accès à toutes les infos et je l'assume. Si Mme Badinter fustige le nouveau discours des pro-allaitement, je lui rappelle que depuis des décennies, il n'y avait qu'un seul son de cloche (le biberon) et que les médias ont toujours promu le lait artificiel ! Pendant des années, nous n'avons eu aucune information. Les humains apprennent par mimétisme ...... si pendant des années, nous ne voyons que des allaitements au biberon, nous reproduisons ces scènes. Les publicitaires connaissent très bien le mimétisme humain et s'en servent !

Chaque semaine, on trouve de nouvelles vertus au lait maternel et de nouvelles raisons de se méfier du biberon. «Vous devez donner le meilleur à votre bébé» entend-on partout. Quelle mère supporterait de ne pas donner le meilleur? La culpabilité est une arme imparable. (en effet, je commence à culpabiliser d'être féministe !!)

Il y a aussi une autre raison: contrairement au biberon, l’allaitement ne peut se faire que par la mère.
Le biberon, je n’hésite pas à le dire, a été un objet moteur de l’égalité des sexes à l’intérieur des familles. Il a permis de décharger les mères. Or, justement, le point culminant de l’inégalité des sexes se manifeste dans le travail domestique. (Hihihi, j'aimerais connaitre les statistiques des corvées ménagères dans les couples qui biberonnent et ceux qui allaitent ...........les pères feraient plus de choses si les mamans biberonnaient ???? Pendant que papa donne le biberon, que fait maman ? se repose? le rangement? la vaisselle? les courses ?Pendant que maman allaite, que fait-elle ..... elle est paisiblement calée entre plusieurs coussins sur son canapé ou lit
Langue tirée)

Plus il y a d’enfants, plus les femmes sont astreintes à ce travail, parfois jusqu’à 90% comme le révèle les dernières statistiques européennes.  Si on exclut dès la naissance le père de ses responsabilités coparentales, il y a peu de chances qu’il y revienne par la suite. De fait, presque logiquement, la femme reste à la maison.(j'ai 4 enfants, j'allaite mon dernier, j'ai un travail à responsabilités !! Stop au discours ambiant qui dit que le lien père/enfant passe par le biberon. Le père est indispensable au développement de l'enfant. Le père n'est pas une seconde mère. Sinon la nature encore elle, lui aurait fourni des seins plein de lait et un utérus !)

Cette révolution silencieuse s’est faite au nom de la nature, dont vous n’avez jamais été l’adepte…

On a tendance aujourd’hui à se méfier de la chimie et de l’industrie. De même que nous sommes obsédés par le principe de précaution.(Chat écorché, craint l'eau froide !!!! )

A l’inverse, on s’est remet à la Nature comme à une autorité morale. Mais la nature n’est ni bonne ni mauvaise, elle est. (donc il ne faut pas la dénigrer ! Par contre, les Hommes peuvent être bons ou mauvais)

Quand je vois notre ministre de l’écologie Nathalie Kosciusko-Morizet se battre pour établir une taxe sur les couches jetables, je me dis qu’elle ferait mieux d’encourager les biodégradables. Je n’aime pas cette écologie qui fait passer la protection de la nature avant la liberté des femmes, et qui les renvoie 50 ans en arrière. (Les femmes font partie de cette nature ! Mme Badinter n'aime pas l'écologie ambiante....Mme Badinter applaudit la sur-consommation)

Guerre idéologique certes, mais aussi économique, non? (en parlant économie : le lait maternel c'est gratuit, les couches lavables ça revient 2 fois moins cher que les pampers)
Bien sûr. Pour que tous ces discours naturalistes prennent corps, il a fallu la crise économique de 1980. Aujourd’hui, c’est encore une autre crise, qui transforme la notion même de travail, devenu très dur, loin du  facteur d’émancipation promis dans les années 70.

Les femmes se sont dites: après tout, plutôt que de m’échiner sur ce terrain conflictuel, n’est-ce pas plus gratifiant d’être mère et de faire de mon enfant un chef d’oeuvre? (je trouve gratifiant d'être mère)

Est-ce à dire que bébé est devenu le nouveau maître des femmes?
Très innocemment, il se retrouve en effet le complice de la domination masculine et l’élément de l’inégalité entre les sexes. Inégalité qui se mesure au baromètre de l’écart des salaires qui stagne un peu partout en Europe (Enfanter, Allaiter = l'inégalité entre les hommes et les femmes....En effet, je pense que les hommes n'ont vraiment pas de chance de connaître les joies de la maternité ! ).

Au fond, quelle est votre position par rapport à la maternité?
Je demande de la nuance. Je souhaite que tout discours autour de la maternité respecte la diversité, qu’on laisse s’exprimer l’ambivalence maternelle, elle est légitime. Qu’on dise aux femmes «Faites comme vous pensez» plutôt que de leur imposer un modèle naturaliste. Qu’est-ce que cela veut dire tous ces corps staliniens programmés pour les mêmes comportements réflexes?

La maternité est aussi une affaire culturelle. La preuve, tous les pédopsychiatres disent aujourd’hui exactement le contraire de ce qu’ils affirmaient il y a trente ans. Dans les années 50, je m’en souviens, les pressions étaient inverses. Les stars de cinéma, par exemple, devaient cacher leur grossesse, ce n’était pas glamour.

Aujourd’hui, elles exposent leur maternité comme si cela leur donnait un «plus», plus d’épaisseur, plus de profondeur, comme pour dire «je ne suis pas qu’une belle image!» (je préfère voir une star enceinte qu'une affiche avec une blonde dans une position "hard" qui propose ses services en téléphonant au 08 etc.....)

Votre livre est une mise en garde. De quoi avez-vous peur?
Que l’on réduise la part de liberté des femmes, en tant qu’individu à choix multiples, en les identifiant trop à la mère. L’air du temps est dangereux. Rien n’est acquis. Un bouleversement du même ordre a eu lieu à la moitié du 18e siècle, avec Rousseau en théoricien, qui a renvoyé les femmes à la maison au nom de la Mère nature.

Bref, je suis un peu attristée par le discours de la philosophe ! Déjà, Mme Badinter avait nié l'existence de l'instinct maternel dans un de ses livres, dans les années 80. Maintenant, elle s'attaque à la maternité. A-t-elle des choses à se reprocher en tant que mère ??????

Mme Badinter fustige l'écologie et donne la priorité à la liberté des femmes...........................mais les femmes font parti de la terre, de cette nature qui se dégrade !

VIVE LE LAIT EN POUDRE ET LES COUCHES JETABLES !!!!

Il est à noter que Mme Badinter est à la fois actionnaire de référence et présidente du conseil de surveillance du groupe Publicis, l'agence de publicité pour NESTLE, PAMPERS, entre autre !!!

 

Pour moi le féministe, c'est combattre contre les inégalités sociales, la violence faite aux femmes, pour les droits des femmes au travail, le droit à l'enseignement ......ce n'est pas se battre contre la maternité !!

Mme Badinter devrait s'attaquer à des thèmes tels que le port de la burqa !

Je vous propose de lire la réponse de Marie Muzard :

Madame Badinter, la vie de femelle chimpanzé ne serait-elle pas meilleure que la nôtre ?

Dans son dernier opus  « le Conflit, la Femme et la Mère », Elisabeth Badinter dénonce une offensive réactionnaire de notre société visant à réduire les femmes à leur rôle de mère.  Et notre porte parole nationale du féminisme de s’insurger « C’est une réduction de la femme au statut d’une espèce animale, comme si nous étions toutes des femelles chimpanzés". 

Le gros mot est lâché :  chimpanzé. L’insulte suprême pour la race humaine !

C’est mal connaître les chimpanzés. Le sort des femelles chimpanzés est peut être plus enviable que celui de bien des femelles humaines.

Certes, la femelle chimpanzé ne peut pas recourir au bon soin de Nestlé pour nourrir sa progéniture, elle doit payer de sa personne, en allaitant. Mais à 7 ans, considéré comme adulte, il dégage ! Pas de syndrome Tanguy chez les chimpanzés.

Contrairement à sa cousine "sans poil", la femelle singe n’a donc pas à se soucier des résultats scolaires, des mauvaises fréquentations, des virées alcoolisées ou des maladies sexuellement transmissibles de ses petits.  

Côté éducation, Dolto n’ayant pas trouvé d’adepte chez les chimpanzés, tout est plus simple.

L’enfant transgresse ?  Une bonne claque le remettra sur le droit chemin. Pas de place pour la culpabilité ou les états d’âme. La femelle chimpanzé est une bonne mère, elle n’en doute pas.

  De plus, la femelle singe  échappe au terrible dilemme humain.  Elle n’a pas à choisir entre « boulot » et « maison ». Elle « travaille », elle participe à la cueillette, tout en élevant ses enfants et en profitant de ses amies.  Travail, sexe, amitié, éducation, se conjuguent dans l’harmonie. 

Le débat sur les couches écolo, les tampons périodiques recyclables, elle ne connaît pas. Ses fluides naturels sont absorbés par la nature, il n’y a rien de plus écolo.  

L’injustice entre mâles et femelles, elle ne connaît pas non plus :  chacun contribue à sa manière à la vie de la troupe : aux hommes, la chasse. Aux femmes, la cueillette.

Pas d’écart de salaire,  chez les chimpanzés, on gagne ce qu’on a cueilli, Sarkozy pourrait être content « travailler plus pour gagner plus » les chimpanzés sont partants.  

Qu'un chef se montre trop agressif, les femelles singes savent organiser des coalitions pour s’en débarrasser. Alors que chez  les femelles humaines, en tout cas au travail, la solidarité n’a  guère sa place. Les femmes se vivent le plus souvent  en compétition,  elles sont  donc plus vulnérables. Les chefs tyranniques peuvent régner en maître.

Le burn out, ne passera pas par les chimpanzés, c’est une invention strictement humaine.

La chimpanzée n’est pas schizo comme sa collègue humaine : elle n’a pas à jouer les amazones au boulot, les mères dévouées en fin de journée et les amantes insatiables pendant la nuit. Elle est « unifiée ».  

Elle n’a même pas peur que son homme découche. La fidélité n’a pas sa place chez les chimpanzés. Elle change d’amoureux à sa guise. Et comme tous les mâles avec lesquels elle a copulé au sein du groupe, peuvent potentiellement être le père de ses enfants, dans le doute, ils s’efforcent de les protéger. Ils partagent  leur pitance et  jouent volontiers avec eux.

Si les mâles s’occupent des enfants,  les femelles, elles, ne sont pas obligées de s’occuper de leur mâle. Nos cousines singes ont trouvé le moyen d’échapper aux débats sans fin, sur le bouchon de dentifrice, les programmes télés, les dépenses du ménage, les ronflements nocturnes et autres déplaisirs conjugaux.   Finalement la polygamie a des vertus. Il faudrait en parler à Elisabeth Badinter ?

Et vous qu'en pensez-vous  ?

cake au jambon, gruyère et oignon

INGREDIENTS :

  • 150 gr de farine
  • 1 sachet de levure
  • 3 oeufs
  • 200 gr de jambon
  • 150 gr de gruyère rapé
  • 3 oignons
  • 25 cl de crème
  • 20 cl d'huile
  • sel et poivre

PREPARATION :

  1. Dans un saladier, verser la farine et former un puits. Y ajouter les oeufs, la levure, l'huile et la crème. Mélanger le tout.
  2. Découper le jambon en petits morceaux 
  3. Emincer les oignons
  4. Ajouter le jambon, les oignons et le gruyère dans la préparation
  5. saler et poivrer
  6. Beurrer un moule à cake, verser le mélange
  7. Enfourner pendant 40 mn

Les enfants ont aimé Sourire

cake au jambon, oignons, gruyère

Scrap : les cartes d'anniversaire

Biensur, je n'ai pas pu résister à créer 2 cartes d'anniversaire pour mes chéris.

  • une carte triangle qui se ferme par un ruban : utilisation de plusieurs papiers scrap, tampons, encre distress et encres séchage long, plaque de texture, ruban, marqueurs, peinture 3D ...

carte triangle   carte triangle

  • Une carte en forme de gateau d'anniversaire : utilisation de plusieurs papiers couleur, décalquage du dessin "garçon", colorisation avec crayons de couleur, marqueurs Posca, stickers, coton, colle pailletée

carte gateau

Tarte aux pommes, à la crème et aux amandes

Pour les 10 ans de Quentin, j'ai réalisé une tarte aux pommes...............super bonne !

INGREDIENTS

  • 8 pommes golden
  • 30 gr de beurre
  • 30ml de fleur d'oranger
  • 100 gr de sucre
  • 250 gr de pate brisée
  • 25 cl de crème
  • 25 gr de poudre d'amandes
  • 3 jaunes d'oeufs
  • 25 gr d'amandes effilées

PREPARATION

  1. Couper les pommes en quatre et les peler. oter le coeur et les pépins. Faire comporter la moitié des pommes, sur feu doux, avec 15 gr de beurre et un peu d'eau.
  2. Pendant ce temps, émincer le reste des pommes et les faire macérer dans la fleur d'oranger et 40 gr de sucre
  3. Préchauffer le four
  4. Abaisser la pate. Foncer votre moule à tarte
  5. Garnir le fond de tarte de compote. Recouvrir de lamelles de pommes macérées.
  6. Enfourner et cuire 20 mn
  7. Pendant ce temps, mélanger la crème avec la poudre d'amandes, le reste de sucre et les jaunes d'oeufs
  8. Sortir le moule du four, napper les pommes du mélange et parsemer les amandes effilées. Enfourner à nouveau 20 mn.

 

tarte aux pommes, à la crème et aux amandes

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site