Mes humeurs

Comment favoriser l’harmonie relationnelle avec nos enfants et adolescents ?

Au mois de juin, j'ai suivi la formation d'animateur d'ateliers "Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent” selon Adele Faber & Elaine Mazlish. Issus de l’approche en Communication Non Violente du psychologue Haim Guinott, ces ateliers reposent sur des principes communs aux psychologues humanistes nord-américains.

Ce programme permet de découvrir comment transmettre nos messages, nos valeurs aux enfants avec efficacité et dans le respect de chacun. Il permet aux adultes de créer (ou de rétablir) une relation plus sereine avec les enfants et d’exercer leur autorité sans “blesser”, mais également de favoriser l’estime de soi et l’autonomie des enfants.

En résumé : Comment réagir face aux multiples situations de la vie quotidienne qui génèrent souvent des conflits avec les enfants, qu’ils aient 3 ou 17 ans ?

A partir de la mi-octobre, j'anime ma 1ère session d'ateliers. Un peu le trac, mais je suis super heureuse.

De plus, je ne vais pas m'arrêter en si bon chemin. J'ai l'objectif d'animer des groupes de paroles pour les parents. Pour cela, je me suis inscrite à la formation "Accompagner les parents" de Catherine Dumonteil Kremer. Cette formation se déroule sur 7 mois (un week end par mois).

Je poursuis tout doucement ma quête vers une parentalité positive.

L'apprentissage de la propreté

Un petit peu de caca pipi sur ce blog ne fera pas de mal !!!!

Depuis le début avril, Erwann est propre. Un jour il a décidé qu'il irait au pot pour faire ses besoins. Quand j'écris "il a décidé", je confirme bien que je ne suis pas intervenue. Depuis cette date-là, la propreté a été acquise de jour et quelques nuits plus tard........(une semaine après) la couche de nuit était sèche ! Toutefois, nous avons continué de lui en mettre la nuit.

A mon avis, l'apprentissage de la propreté ne se fait que si l'enfant a conscience de ce qui se passe dans son corps. Bébé doit éviter de porter des couches (surtout jetables) car elles font obstacle à la sensation d'écoulement urinaire, d'humidité. Erwann portait des couches mais à la maison, il vivait souvent nu. Il s'est familiarisé avec son corps.

Son pot était à disposition (le plus souvent dans le salon ....que cela déplaisent à toutes ces gens qui parlent d'intimité, de pudeur de l'enfant), nous sommes à l'écoute. S'il réclamait le pot, celui-ci était tout près. Depuis avril, les choses ont évoluées de façon naturelle :

  1. Erwann nu comme un ver, le pot le suivait partout en cas de demande express !
  2. Erwann nu comme un ver, le pot restait dans le séjour. Erwann allait seul s'asseoir dessus !
  3. apprentissage de la propreté avec les habits....il a fallu 2 journées pour qu'Erwann s'habitue à baisser sa culotte pour aller sur le pot (la 1ère fois, il ne l'a pas fait.....il était tout mouillé)
  4. En une quinzaine de jours, la propreté de jour était acquise.
  5. Depuis, Erwann sort dehors sans couche (au début, j'emmenais le pot avec nous)
  6. Depuis une semaine, le pot ne trône plus au milieu du salon. Il se trouve près des toilettes.

Pour les plus petits, être nus est un réel plaisir. L’enfant se sent libre, il est à l’aise. Le bébé est bien nu, il peut bouger aisément, remuer dans tous les sens. Une fois la marche acquise, le tout jeune enfant aime se promener et courir nu dans la maison, dans le jardin, d’une part parce qu’il se sent bien ainsi et aussi parce qu’il a conscience d’attirer l’attention de ses parents ou de l’entourage attendri par ce spectacle !

Physiquement, on sait que bébé acquiert la maturité de contrôler ses sphincters entre 16 et 24 mois. Contrôler ne veut pas dire Comprendre le fonctionnement de son corps.

Une grande étape de franchit ! Sourire

 

l'allaitement à l'éveil...........maternage proximal

Qu'est ce que c'est ? Est-ce l'allaitement à la demande ?

Quand on me pose la question : quel allaitement je pratique avec Erwann ? Je réponds : à la demande !

Mais pour beaucoup de personnes "à la demande" cela veut dire que c'est à chaque pleur de bébé. Pour d'autres, c'est toutes les 2 heures ou 3 heures.

Faisons une rétrospective :

A la naissance, je donnais le sein dès qu'Erwann en manifestait le besoin.......c'est à dire dès qu'Erwann se réveillait, je lui donnais le sein. Je n'attendais pas qu'il pleure. Du coup, pas de pression nerveuse, pas de précipitations dans les gestes. j'ai pu bien m'installer, le mettre dans une bonne position sans être stressée. Car donner le sein à un bébé agité qui pleure, c'est presque impossible et surtout les tétées sont inefficaces. D'où l'importance, de ne pas laisser bébé pleurait.Sinon, je vous propose de le calmer avant de lui présenter le sein.

Au fil des jours, je repérais de mieux en mieux les moments d'éveil. A ces instants, Erwann cherchait gaiement le sein, ou faisait des mouvements de succion, etc.....

Au fur et à mesure des mois, l'allaitement est devenu à la demande. Bébé se faisant comprendre sans problème.

Et puis après, s'installe l'allaitement à l'amiable : espace de négociation et d'interdépendance qui n'est plus la disponibilité fusionnelle des touts débuts. Par contre, bébé doit avoir acquis une confiance en soi et en sa maman, n'ayant pas une peur de l'abandon. Et pour cela, nous avons bien faits d'être dans le maternage proximal.

 

Solidarilait - soutien à l'allaitement

Coucou à tous,

Cela fait longtemps que je n'ai pas posté sur mes activités bénévoles. Je co-anime des ateliers portage "association la Rose et le Chou" et des réunions d'échanges autour de l'allaitement. Ces réunions d'allaitantes font partis du réseau national Solidarilait. qui regroupe des associations, de parents et de professionnels de santé concernés par l’allaitement maternel et l’accueil de l’enfant.

Ce week-end, les antennes départementales avaient rendez-vous dans le Loir et Cher pour une formation dispensée par CoNaître, sur l'accompagnement des mères allaitantes.

Au programme : physiologie de la lactation, rythmes du nouveau-né, la sensorialité, l'écoute des mamans et le travail en réseau.

Un week-end enrichissant qui permet de rencontrer d'autres bénévoles, de se perfectionner en lactation et en communication.

Week-end ayant pour effet de rebooster notre antenne du Val-d'Oise, envie d'avancer et de faire des écoutes téléphoniques.

Notre but est de soutenir les mères ayant choisi d’allaiter leur enfant ou des futurs parents qui se posent des questions sur l'allaitement. Nous dispensons une information objective sur l'allaitement maternel. Les réunions permettent aux mamans de se sentir moins isolées et plus encouragées. Face aux difficultés éventuelles nous pouvons écouter et donner des conseils aux mamans allaitantes. Du début de la grossesse au sevrage (1 jour d'allaitement ou 3 années), en passant par la reprise du travail, Solidarilait est présent.

 

 

Est-ce que je suis toujours une féministe ?

Depuis quelques jours, je me pose cette question .....En fait, je vous explique :

Depuis une dizaine de jours, Mme Elisabeth Badinter, philosophe et féministe connue et reconnue de tous, part en campagne contre l'allaitement et les couches lavables. Elle dénonce une écologie régressante pour le statut de la femme ! Mme Badinter considère qu'il y a actuellement une pression exercée sur les femmes pour être des mères idéales. La philosophe décrie l'allaitement et le voit comme un obstacle à l'émancipation de la femme.

Pour les personnes qui me connaissent bien : je suis une féministe !

(même zhommmm me le répète ....)

Sauf que j'allaite mon enfant et que j'ai utilisé des couches lavables..........Moi qui pensait être féministe, indépendante.....voilà Mme Badinter et son nouvel opus "Le conflit, la femme et la mère" qui me font chuter de mon piedestal !!!

Voici un bref aperçu d'un des ses inombrables interview (les écritures violettes = mon avisSourire) :

Les Quotidiennes: Etat des lieux de la maternité en ce début de XXIe siècle, votre livre s’intitule « Le Conflit,  la femme et la mère.» Où situez-vous ce conflit ?

Elisabeth Badinter: Je montre comment s’est constitué au fil de ces trente dernières années le modèle de la mère idéale. Comment, en ayant le choix de faire ou pas un enfant, les charges et les responsabilités de la mère se sont accrues.  (il me semble que les charges et les responsabilités se sont accrues grâce aux avancées des féministes...... exit la femme au foyer, vive le travail ! Nous les féministes ont se prend souvent pour des superwomen .....et on laisse les hommes au placard ! En effet, le statut des femmes a évolué sauf que celui des hommes est resté toujours supérieur !!!! Je pense qu'il faut arrêter de vouloir tout avoir, sans reconsidérer la place de l'homme. )

On est passé du don à la dette. Puisque bébé n’a pas demandé à naître, la mère lui doit tout: son temps, son énergie et son lait. (les mamans qui donnent le biberon ne doivent rien à leurs bébés et se sentent plus libres ???????)

Tout cela en même temps que la société devient de plus en plus hédoniste. Comment passer du «moi d’abord» au «tout pour mon enfant» ? Deux solutions s’offrent alors à elles: rentrer à la maison pour être cette mère parfaite ou ne pas en avoir. Il devient de plus en plus difficile de concilier les deux.

Au cœur de cette révolution maternelle, il y a l’allaitement. En quoi cette pratique ancestrale peut-elle se révéler pernicieuse?
Je ne suis pas contre l’allaitement et pense même que le lait maternel est parfaitement adapté, mais pas pendant six mois et à la demande du bébé, comme le recommande l’OMS et d’autres experts ! Ce n’est plus une recommandation mais une obligation. (Bravo Mme Badinter vous pensez même que le lait maternel est adapté .... La nature est bien faite ! Elle nous a fait des seins pour faire joli mais aussi pour nourrir, apaiser son enfant. Actuellement, les enfants sont de plus en plus obèses à cause d'une alimentation peu adaptée, et peu équilibrée et ceci dès leur plus jeune âge. Des études très sèrieuses ont démontré que le risque d'obésité diminuait considérablement avec l'allaitement. De plus, il faut savoir qu'il existe les courbes de poids pour les bébés allaités. Ces courbes sont éditées par l'OMS qui les a érigé en NORMES. Néanmoins, nous ne les trouvons pas encore dans les carnets de santé de nos enfants. Pourquoi ???? L'industrie du lait maternisé aurait-elle une quelque influence sur l'édition des carnets de santé ????? En ce qui concerne le débat Sein/biberon, arrêtons de penser à la place de toutes les femmes ! Laissons- les choisir en leur COMMUNIQUANT LES VRAIES INFORMATIONS. Chaque femme est sensée, et peut décider en tout connaissance de cause. Cela s'appelle le choix conscient ! Je suis consciente de mon choix (biberon ou seins), j'ai eu accès à toutes les infos et je l'assume. Si Mme Badinter fustige le nouveau discours des pro-allaitement, je lui rappelle que depuis des décennies, il n'y avait qu'un seul son de cloche (le biberon) et que les médias ont toujours promu le lait artificiel ! Pendant des années, nous n'avons eu aucune information. Les humains apprennent par mimétisme ...... si pendant des années, nous ne voyons que des allaitements au biberon, nous reproduisons ces scènes. Les publicitaires connaissent très bien le mimétisme humain et s'en servent !

Chaque semaine, on trouve de nouvelles vertus au lait maternel et de nouvelles raisons de se méfier du biberon. «Vous devez donner le meilleur à votre bébé» entend-on partout. Quelle mère supporterait de ne pas donner le meilleur? La culpabilité est une arme imparable. (en effet, je commence à culpabiliser d'être féministe !!)

Il y a aussi une autre raison: contrairement au biberon, l’allaitement ne peut se faire que par la mère.
Le biberon, je n’hésite pas à le dire, a été un objet moteur de l’égalité des sexes à l’intérieur des familles. Il a permis de décharger les mères. Or, justement, le point culminant de l’inégalité des sexes se manifeste dans le travail domestique. (Hihihi, j'aimerais connaitre les statistiques des corvées ménagères dans les couples qui biberonnent et ceux qui allaitent ...........les pères feraient plus de choses si les mamans biberonnaient ???? Pendant que papa donne le biberon, que fait maman ? se repose? le rangement? la vaisselle? les courses ?Pendant que maman allaite, que fait-elle ..... elle est paisiblement calée entre plusieurs coussins sur son canapé ou lit
Langue tirée)

Plus il y a d’enfants, plus les femmes sont astreintes à ce travail, parfois jusqu’à 90% comme le révèle les dernières statistiques européennes.  Si on exclut dès la naissance le père de ses responsabilités coparentales, il y a peu de chances qu’il y revienne par la suite. De fait, presque logiquement, la femme reste à la maison.(j'ai 4 enfants, j'allaite mon dernier, j'ai un travail à responsabilités !! Stop au discours ambiant qui dit que le lien père/enfant passe par le biberon. Le père est indispensable au développement de l'enfant. Le père n'est pas une seconde mère. Sinon la nature encore elle, lui aurait fourni des seins plein de lait et un utérus !)

Cette révolution silencieuse s’est faite au nom de la nature, dont vous n’avez jamais été l’adepte…

On a tendance aujourd’hui à se méfier de la chimie et de l’industrie. De même que nous sommes obsédés par le principe de précaution.(Chat écorché, craint l'eau froide !!!! )

A l’inverse, on s’est remet à la Nature comme à une autorité morale. Mais la nature n’est ni bonne ni mauvaise, elle est. (donc il ne faut pas la dénigrer ! Par contre, les Hommes peuvent être bons ou mauvais)

Quand je vois notre ministre de l’écologie Nathalie Kosciusko-Morizet se battre pour établir une taxe sur les couches jetables, je me dis qu’elle ferait mieux d’encourager les biodégradables. Je n’aime pas cette écologie qui fait passer la protection de la nature avant la liberté des femmes, et qui les renvoie 50 ans en arrière. (Les femmes font partie de cette nature ! Mme Badinter n'aime pas l'écologie ambiante....Mme Badinter applaudit la sur-consommation)

Guerre idéologique certes, mais aussi économique, non? (en parlant économie : le lait maternel c'est gratuit, les couches lavables ça revient 2 fois moins cher que les pampers)
Bien sûr. Pour que tous ces discours naturalistes prennent corps, il a fallu la crise économique de 1980. Aujourd’hui, c’est encore une autre crise, qui transforme la notion même de travail, devenu très dur, loin du  facteur d’émancipation promis dans les années 70.

Les femmes se sont dites: après tout, plutôt que de m’échiner sur ce terrain conflictuel, n’est-ce pas plus gratifiant d’être mère et de faire de mon enfant un chef d’oeuvre? (je trouve gratifiant d'être mère)

Est-ce à dire que bébé est devenu le nouveau maître des femmes?
Très innocemment, il se retrouve en effet le complice de la domination masculine et l’élément de l’inégalité entre les sexes. Inégalité qui se mesure au baromètre de l’écart des salaires qui stagne un peu partout en Europe (Enfanter, Allaiter = l'inégalité entre les hommes et les femmes....En effet, je pense que les hommes n'ont vraiment pas de chance de connaître les joies de la maternité ! ).

Au fond, quelle est votre position par rapport à la maternité?
Je demande de la nuance. Je souhaite que tout discours autour de la maternité respecte la diversité, qu’on laisse s’exprimer l’ambivalence maternelle, elle est légitime. Qu’on dise aux femmes «Faites comme vous pensez» plutôt que de leur imposer un modèle naturaliste. Qu’est-ce que cela veut dire tous ces corps staliniens programmés pour les mêmes comportements réflexes?

La maternité est aussi une affaire culturelle. La preuve, tous les pédopsychiatres disent aujourd’hui exactement le contraire de ce qu’ils affirmaient il y a trente ans. Dans les années 50, je m’en souviens, les pressions étaient inverses. Les stars de cinéma, par exemple, devaient cacher leur grossesse, ce n’était pas glamour.

Aujourd’hui, elles exposent leur maternité comme si cela leur donnait un «plus», plus d’épaisseur, plus de profondeur, comme pour dire «je ne suis pas qu’une belle image!» (je préfère voir une star enceinte qu'une affiche avec une blonde dans une position "hard" qui propose ses services en téléphonant au 08 etc.....)

Votre livre est une mise en garde. De quoi avez-vous peur?
Que l’on réduise la part de liberté des femmes, en tant qu’individu à choix multiples, en les identifiant trop à la mère. L’air du temps est dangereux. Rien n’est acquis. Un bouleversement du même ordre a eu lieu à la moitié du 18e siècle, avec Rousseau en théoricien, qui a renvoyé les femmes à la maison au nom de la Mère nature.

Bref, je suis un peu attristée par le discours de la philosophe ! Déjà, Mme Badinter avait nié l'existence de l'instinct maternel dans un de ses livres, dans les années 80. Maintenant, elle s'attaque à la maternité. A-t-elle des choses à se reprocher en tant que mère ??????

Mme Badinter fustige l'écologie et donne la priorité à la liberté des femmes...........................mais les femmes font parti de la terre, de cette nature qui se dégrade !

VIVE LE LAIT EN POUDRE ET LES COUCHES JETABLES !!!!

Il est à noter que Mme Badinter est à la fois actionnaire de référence et présidente du conseil de surveillance du groupe Publicis, l'agence de publicité pour NESTLE, PAMPERS, entre autre !!!

 

Pour moi le féministe, c'est combattre contre les inégalités sociales, la violence faite aux femmes, pour les droits des femmes au travail, le droit à l'enseignement ......ce n'est pas se battre contre la maternité !!

Mme Badinter devrait s'attaquer à des thèmes tels que le port de la burqa !

Je vous propose de lire la réponse de Marie Muzard :

Madame Badinter, la vie de femelle chimpanzé ne serait-elle pas meilleure que la nôtre ?

Dans son dernier opus  « le Conflit, la Femme et la Mère », Elisabeth Badinter dénonce une offensive réactionnaire de notre société visant à réduire les femmes à leur rôle de mère.  Et notre porte parole nationale du féminisme de s’insurger « C’est une réduction de la femme au statut d’une espèce animale, comme si nous étions toutes des femelles chimpanzés". 

Le gros mot est lâché :  chimpanzé. L’insulte suprême pour la race humaine !

C’est mal connaître les chimpanzés. Le sort des femelles chimpanzés est peut être plus enviable que celui de bien des femelles humaines.

Certes, la femelle chimpanzé ne peut pas recourir au bon soin de Nestlé pour nourrir sa progéniture, elle doit payer de sa personne, en allaitant. Mais à 7 ans, considéré comme adulte, il dégage ! Pas de syndrome Tanguy chez les chimpanzés.

Contrairement à sa cousine "sans poil", la femelle singe n’a donc pas à se soucier des résultats scolaires, des mauvaises fréquentations, des virées alcoolisées ou des maladies sexuellement transmissibles de ses petits.  

Côté éducation, Dolto n’ayant pas trouvé d’adepte chez les chimpanzés, tout est plus simple.

L’enfant transgresse ?  Une bonne claque le remettra sur le droit chemin. Pas de place pour la culpabilité ou les états d’âme. La femelle chimpanzé est une bonne mère, elle n’en doute pas.

  De plus, la femelle singe  échappe au terrible dilemme humain.  Elle n’a pas à choisir entre « boulot » et « maison ». Elle « travaille », elle participe à la cueillette, tout en élevant ses enfants et en profitant de ses amies.  Travail, sexe, amitié, éducation, se conjuguent dans l’harmonie. 

Le débat sur les couches écolo, les tampons périodiques recyclables, elle ne connaît pas. Ses fluides naturels sont absorbés par la nature, il n’y a rien de plus écolo.  

L’injustice entre mâles et femelles, elle ne connaît pas non plus :  chacun contribue à sa manière à la vie de la troupe : aux hommes, la chasse. Aux femmes, la cueillette.

Pas d’écart de salaire,  chez les chimpanzés, on gagne ce qu’on a cueilli, Sarkozy pourrait être content « travailler plus pour gagner plus » les chimpanzés sont partants.  

Qu'un chef se montre trop agressif, les femelles singes savent organiser des coalitions pour s’en débarrasser. Alors que chez  les femelles humaines, en tout cas au travail, la solidarité n’a  guère sa place. Les femmes se vivent le plus souvent  en compétition,  elles sont  donc plus vulnérables. Les chefs tyranniques peuvent régner en maître.

Le burn out, ne passera pas par les chimpanzés, c’est une invention strictement humaine.

La chimpanzée n’est pas schizo comme sa collègue humaine : elle n’a pas à jouer les amazones au boulot, les mères dévouées en fin de journée et les amantes insatiables pendant la nuit. Elle est « unifiée ».  

Elle n’a même pas peur que son homme découche. La fidélité n’a pas sa place chez les chimpanzés. Elle change d’amoureux à sa guise. Et comme tous les mâles avec lesquels elle a copulé au sein du groupe, peuvent potentiellement être le père de ses enfants, dans le doute, ils s’efforcent de les protéger. Ils partagent  leur pitance et  jouent volontiers avec eux.

Si les mâles s’occupent des enfants,  les femelles, elles, ne sont pas obligées de s’occuper de leur mâle. Nos cousines singes ont trouvé le moyen d’échapper aux débats sans fin, sur le bouchon de dentifrice, les programmes télés, les dépenses du ménage, les ronflements nocturnes et autres déplaisirs conjugaux.   Finalement la polygamie a des vertus. Il faudrait en parler à Elisabeth Badinter ?

Et vous qu'en pensez-vous  ?

Est-ce qu'il marche ?

Voici mon petit coup de gueule :)

Je me suis toujours demandée pour quelle raison des personnes me posaient cette question quand Erwann était dans l'écharpe de portage ......

EST CE QU'IL MARCHE, au moins ?

Ces mêmes personnes posent-elles cette question aux parents d'enfant en poussette  ???????? (Si vous avez la réponse, n'hésitez pas à me le faire savoir)

Pour moi, un enfant dans une poussette n'a pas de stimulation musculaire et ne participe pas à ce qui l'entoure.

Alors qu'un enfant porté bouge avec son porteur, il participe au portage en utilisant sa musculature. La plupart du temps l'enfant est actif ; il participe au portage en s'accrochant au corps de son porteur, surtout avec ses cuisses relevées et écartées. L'enfant développe précocement son sens de l'équilibre et tous les aspect de sa psychomotricité. De plus le tissu de l'écharpe n'entrave pas ses mouvements, il peut bouger comme il le souhaite. Tout cela amène l'enfant à prendre conscience de son corps plus rapidement et à marcher plus tôt que les enfants non portés.

En suivant exactement ce que fait sa maman ou son papa, Bébé s'éveille plus vite en regardant et écoutant ce qu'il se passe autour. La rue est le théâtre de mille et une choses pour un petit bout de chou : un vélo qui passe, deux personnes qui rient, un petit chat... il prend une part active à tout ce qu'il se passe et gagne en autonomie. Le fait d'être au contact sécurisant de sa maman tout en observant la vie l'aide à ne pas avoir peur de l'inconnu et à développer sa confiance en lui.

Arrêtons de penser qu'un enfant porté = un enfant peut autonome et capricieux !!! NON NON NON NON ET NON !

Je vous invite à lire cet article sur le portage des bébés : http://matern-elle.e-monsite.com/rubrique,porter-son-bebe,261632.html

Cet article fait le point sur le portage, ses avantages, les types d'écharpes, les différents nouages, les porte-bébés physiologiques. PORTER DOIT RESTER UN PLAISIR !

Un enfant porté = un enfant dont les besoins vitaux sont satisfaits !!!!

Erwann a marché à  11 mois, il a escaladé ces 1ers meubles à 13 mois (les auxiliaires de puériculture s'en souviennent ;) ), il monte et descend les escaliers depuis ses 16 mois !!! OUI IL MARCHE !!! OUI IL EST PORTE !!! Il est même encore allaité (je rassure les gens : il mange, à table comme nous, de la nourriture solide)

Aujourd'hui, à 26 mois il aime marcher et ne recherche pas systématiquement à être porté. Il a confiance en lui.

 

 

 

1 an de plus .....

38 ans est devenu mon âge officiel depuis ce matin :)

Nous avons fété mon anniversaire en famille, hier soir et aujourd'hui. pour ce faire, Quentin a joué au patissier

  • 1 gateau au yaourt nature
  • 1 gateau au yaourt au chocolat. Il a rajouté plein de cacao de type "poulain".......son gâteau était super moelleux !

J'ai été gatée ..... coeur en collier, bougie d'intérieure, cadre LOVE, boîtes en simili cuir pour ranger mes papiers créatifs et...... un autre cadeau dont je ne connais toujour pas la dénomination !! Suite au prochain épisode Langue tirée

Sur ce, je vous souhaite un bon début de semaine !

La cuisine du mercredi

Dès 9h30, j'étais devant mes fourneaux Langue tirée......oui oui vous avez bien lu !

Il faut dire que j'avais pas mal de légumes à faire cuire avant de les voir dépérir dans mon frigo. J'ai pris mon courage éplucheur à 2 mains et hop pas de pitié pour les salsifis, navets, pommes de terre, radis noir .....

Au bout de 2 heures, j'ai réussi à faire :

  • un carpaccio de radis noir
  • une soupe de navets, pommes de terre et radis noir
  • des salsifis cuits à la vapeur
  • des petits artichauts violet à la vapeur aussi
  • un gateau au yaourt..............façon Lolotte
  • des restes de poulet au boulghour

Un petit mot sur le radis noir et les salsifis frais !

LE RADIS NOIR

C'est un légume-racine au goût très prononcé. C'est un légume d'hiver.

Les radis noirs appartiennent à la famille des Crucifères.
Ce légume vient d'Asie.
La partie utilisée est la racine qui est de la taille d'un navet, avec une peau noire et une chair blanche.

Intérêts
Le radis noir n'est pas vraiment nutritif, mais a beaucoup de propriétés médicinales.
Il est riche en vitamine C ce qui en fait un allié intéressant pendant ces mois d'hiver. Cette vitamine aide à combattre les infections et des radicaux libres.
Le radis noir contient aussi des vitamines du groupe B et du soufre.

Sa richesse en fibre nous permet d'augmenter nos mouvements péristaltiques. De plus, il contient de grandes quantités d'eau. Eau et fibres sont favorables au transit intestinal et les personnes souffrant de constipation ne pourront que tirer profit de ce légume.

Il contient une variété des produits chimiques qui augmentent le flux biliaire, important dans le processus de digestion. La consommation de radis noirs permet à notre vésicule biliaire de garder la santé.

Il a aussi un effet antibactérien sur notre flore digestive.

Le jus de radis noir est utilisé pour traiter la toux et fortifier.

Attention
Les personnes qui ont des problèmes de vésicule biliaire (calculs, obstructions,...) ou hépatiques ne doivent pas manger trop fréquemment ce légume.

Comment la manger ?
La peau du radis est dure et doit être enlevée.
Le radis noir peut se manger cru. Râpé vous pouvez le servir en salade mais il est préférable de lui ajouter un peu de crème pour adoucir son goût.
Vous pouvez aussi les faire cuire de la même façon que les navets.

Sa saison
La meilleure saison du radis noir est l'hiver.

Stockage
Quand vous achetez un radis, assurez-vous qu'il est bien ferme et que sa peau est lisse. Evitez les radis mous aux peaux ridées.
Comme les autres légumes racines, le radis noir placé dans un endroit frais se garde longtemps. Vous pouvez les stocker jusqu'à 3 semaines.

(source : http://www.dietobio.com/aliments/fr/radis.html)

LES SALSIFIS

 Le salsifi est une plante herbacée bisannuelle qui a besoin de soleil.

En cuisine

Les racines, au goût sucré, peuvent se consommer sautées, ou encore en salade. Les jeunes feuilles se mangent uniquement en salade.

Bienfaits

Légume racine, comme la carotte ou la betterave, le salsifis affiche un apport calorique moyen : 30 kcal/100 g. Il peut être consommé sans danger pour la ligne, surtout si vous remplacez le beurre d'assaisonnement par de la crème fraîche, plus légère et tout aussi délicieuse.

Le salsifis renferme une quantité intéressante de vitamines du groupe B, peu fréquentes dans l'alimentation quotidienne. Elles sont importantes dans le bon développement du système neuromusculaire. Il contient aussi de la vitamine E, aux propriétés antioxydantes : une portion de 150 g suffit à en couvrir 40 % des apports quotidiens recommandés.

Par ailleurs, sa densité minérale est très satisfaisante. Très riche en potassium (320 mg/100 g), qui lui confère des vertus diurétiques, il renferme également une très forte teneur en calcium ainsi qu'en magnésium, essentiel à l'équilibre neuromusculaire. Et, plus notable encore, le salsifis fournit une belle quantité de manganèse. Ce nutriment rare participe à la formation du cartilage osseux et au métabolisme du cholestérol.

Enfin, cette petite racine est gorgée de fibres (4 g/100 g) qui activent le transit intestinal tout en douceur, puisque la plupart sont des pectines, bien tolérées par le système digestif.

Un samedi bien rempli

Aujourd'hui, plein de choses de prévues! Pas de grasse matinée !

Au programme de la journée :

  • un rendez-vous perso (pour moi toute seule Cool) de 9h à 10h
  • Direction la poste pour récupérer un colis "Les 10 doigts".
  • la réunion de l'association Solidarilait 95 dont je fais partie, jusqu'à midi
  • A partir de 13h30, co-animation d'un atelier de portage "Echarpes tissées"
  • A 15h30, atelier-découverte "Couches lavables" (durée 1H/1h30)
  • Mini-interview avec caméra et micro (wouahhhhhhh) par des journalistes pour le compte du Conseil Régional dans le cadre de la semaine "Réduisons nos déchets"...............j'ai eu mon quart d'heure de GLOIRE Cool lollll
  • Pendant mon absence, zhom et Elodie sont allés récupérer les meubles achetés à confor***, la semaine dernière et puis séance "montage de meubles"
  • A 19h, rendez-vous avec une assistante maternelle (car Erwann n'ira plus à la crèche de mon travail...........je vous expliquerai plus tard le pourquoi du comment !)
  • Retour au bercail à 20H30
  • Commande de pizzas pour tout le monde 21H15
  • Recherche sur le net pour savoir combien va nous coûter l'assistante maternelle .............. SurprisSurprisSurpris

Bon, il est 1h45 du matin, je vais aller me coucher.

Demain dimanche, pas grand chose de prévu............à part d'aller à Iké* pour acheter des trucs et bidules pour Erwann !!

Me revoilà !

Après plusieurs semaines de silence, j'ai décidé de refaire vivre mon blog.

En effet, des soucis professionnels entrainant beaucoup de fatigue ont eu un raison de moi.

Toutefois, je me reprends en mains.

Prochainement, je vous présenterais quelques photos de cet été. Je vous montrerais la carte faite maison pour l'anniversaire de ma mère. Et tout plein d'autres choses.

A bientôt.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site